20.08.2015

Forêt + bois : Des traces visibles du franc fort

Sept mois après la suppression du cours-plancher de l’Euro, les producteurs suisses de sciages, de produits dérivés du bois, de papier et de pellets analysent les effets de l’appréciation du franc. Les pertes de chiffre d’affaires qu’ils craignaient se sont produites et la suite de l’évolution reste sous l’emprise de nombreux points d’interrogation. Les acheteurs de bois brut – et avec eux le véritable moteur de l’exploitation et de l’entretien de la forêt suisse – se trouvent dans une situation grave.

La principale mesure imaginée en janvier pour rééquilibrer les désavantages du franc était la baisse des prix d’achat du bois sortant de la forêt et des sous-produits du sortant des scieries. Les propriétaires forestiers et les transformateurs de bois brut ont ainsi fourni une importante contribution à la défense des parts de marché du bois suisse.

La situation économique des transformateurs de bois brut regroupés au sein de la Task Force Forêt + Bois + Energie reste donc très tendue. En janvier, les prix des produits d’importation sont immédiatement tombés de plus 10%. Cette compression des prix a entraîné des baisses de prix chez les producteurs suisses et influencé négativement les ventes sur le marché suisse. Les usines exportatrices sont en outre confrontées aux effets du taux de change. Tous les producteurs qui créent de la valeur ajoutée en Suisse ont subi des pertes de chiffre d’affaires. Ces dernières dépassent même en partie les 10% que l’on craignait au printemps.

Pour faire face aux défis impliqués par cette situation, les entreprises de transformation du bois brut prennent régulièrement des mesures d’optimisation et investissent dans la rationalisation et l’innovation. Elles visent des volumes de production au niveau de l’an dernier et continuent par conséquent à miser sur un approvisionnement en bois fiable. La mise à disposition de grumes en suffisance permet non seulement de conserver des parts de marché pour le bois suisse dans la construction bois, mais toutes les autres utilisations profiteront aussi d’une bonne offre de bois brut. Les transformateurs appellent les propriétaires forestiers à continuer à fournir des grumes en fonction des besoins au cours de la prochaine saison de coupe.

Les membres de la Task Force exhortent l’OFEV et les cantons à accorder davantage de subventions de treuillage et d’entretien pour soulager les propriétaires forestiers et dans ce but, d’utiliser toutes les marges en faveur de la récolte de bois. Ils saluent et soutiennent les efforts qui sont réalisés en faveur de la promotion de l’utilisation du bois suisse.

En choisissant les produits et pellets en bois suisse, les consommateurs peuvent fournir une importante contribution en faveur du maintien d’une industrie de transformation du bois brut en Suisse, qui jusqu’à présent n’envisage pas de réductions de capacités de production ou de délocalisations à l’étranger.

Sur le plan politique, la Task Force va poursuivre son engagement en faveur d’un allégement des frais de transport, en particulier en visant une hausse du poids de transport total autorisé pour les transports de grumes et une baisse de la RPLP.

Renseignements:
Thomas Lädrach, Président Task Force Forêt + Bois + Energie, 079 350 09 65
Hansruedi Streiff, Directeur Industrie du bois Suisse, 079 667 12 53

retour