Utilisation du bois diversifiée

Les transformateurs de bois brut approvisionnent la deuxième transformation en produits semi-finis de haute valeur. A partir des grumes sciées, on produit du bois de construction pour les charpentiers, des matériaux nobles pour les menuisiers ainsi que du bois d’emballage. Les sous-produits du bois qui sont générés  par la première transformation fournissent en outre une matière première précieuse pour d’autres utilisations: à partir de la sciure, des copeaux et des plaquettes, on produit par exemple des panneaux de particules et des matériaux d’isolation. Les producteurs d’énergie du bois n’utilisent pas seulement du bois de la forêt, mais aussi des sous-produits de la scierie, du bois provenant des talus et berges, du vieux bois (rebuts de construction) et du vieux papier. Les producteurs de papier et de carton acquièrent leur matière première principale directement en forêt et sous forme de sous-produits de la scierie. 

Produits principaux et secondaires du bois (IBS)

Publication OFEV «Consommation finale de bois en Suisse»

Des transports coûteux

Pour que le bois arrive effectivement chez le client, il faut une logistique lourde et chère. Depuis l’abattage de l’arbre en forêt jusqu’à la maison en bois terminée en ville, le bois sera chargé et déchargé cinq fois au long du processus. Même si le bois est réputé être un matériau caractéristique de courts trajets, les frais de transports sont très lourds. En particulier, le bois brut non transformé génère des coûts de transport au kilomètre disproportionnés par rapport à la valeur du chargement du camion. Pour que le bois, matière première non dommageable pour l’environnement, reste concurrentiel, il faut une politique des transports qui procure des conditions cadre supportables.